Ou bien peut-être la fois où j’ai vu le rayon vert (titre provisoire)

Création en cours pour 2022N

On y parle d’horizon en tant que lieu géographique et psychique, comme une ligne lointaine infranchissable depuis la côte, comme une limite floue, une ligne de bascule entre raison et folie, comme frontière aux abords des trous noirs, comme une direction infinie, comme interface entre des surfaces aux textures divergentes. On parle d’estuaires, de mouvances et d’oscillations. De l’horizon, cette ligne-limite aussi comme un changement d’atmosphère, une zone de rupture entre les poches de vies abyssales des volcans sous-marins et leurs alentours infinis, froids et inertes. L’ horizon comme en arrivant au sommet d’une falaise, lorsque la brume tombe. L’horizon comme un long scotch bleu déroulé en entier. On parle de place ou s’établir, de diffraction identitaire, de frotter les mots et les notes pour en faire des étincelles qui se partagent.

NOUS AVONS AVEC NOUS:

Nos 3 voix et nos diaphragmes bien musclés + une boite à rythme + des synthétiseurs + des sons cueillis au dehors + des enregistrements d’histoires que l’on nous a racontées + nos propres histoires + des textes écrits et glanés + des câbles emmêlés sur une table triangulaire + des objets scénographiques à activer + un catalogue de gestes + rater, recommencer.

C’est sûrement né d’une soif et d’une nécessité à se tenir là, d’étendre les pratiques musicales, de franchir les lignes, debout, ensemble et les mots dans nos bouches chantantes. Dans nos bouches criantes. Dans nos bouches rigolantes. Beaucoup de discussions autour de nos nourritures, de nos lectures et le réel, toujours là en trame d’arrière fond. Se laisser traverser par les événements, les digérer, les transformer, les recracher en étincelles, en éclats de voix et de rengaines en boucle. Alors ça part de lectures et d’extraits musicaux, de la joie dans les yeux des copaines, des larmes parfois, et d’une envie d’en être encore, encore…

Durée: 50 min

Avec, au plateau: Juliette Damien, Jehanne Cretin Maitenaz et Juliette Lamas

Co-mise-en-scène: Juliette Damien et Juliette Lamas

Création sonore radiophonique: Jehanne Cretin Maitenaz

Scénographie: Juliette Lamas

Arrangement musical: Juliette Damien

Ingénieur son: Hugo Hamman

Il s’agit d’habiter l’espace sonore avec un truc qui sort du bide et qui pulse, qui rassemble dans le vivant, dessine des liens.

J-J-J